LE MARCHÉ DU LIVRE ANCIEN FAIT DE LA RÉSISTANCE

Implanté dans un lieu de mémoire, le marché du livre ancien exhume un pan oublié de l’Histoire parisienne.


À l’ère du tout numérique subsiste à Paris une enclave qui fait de la résistance : le marché du livre ancien Georges Brassens. Là, chaque week-end, une cinquantaine d’irréductibles vendent des ouvrages pour toutes les bourses et tous les goûts : livres de poche à prix bradés pour étudiants désargentés ou rares éditions originales reliées à destination de bibliophiles avertis. Pluie, vent ou canicule, la marchandise est à l’abri sous les voûtes élégantes des anciennes halles de Vaugirard.


Depuis 1987, date de l’installation rue Brancion dans le quinzième du marché du livre ancien, les piles de bouquins ont remplacé les étals de bouchers. Mais alentours, les traces de la vocation initiale du quartier abondent. Le beffroi de la criée domine toujours le Parc urbain contigu. Deux taureaux sculptés, vedettes de l’exposition universelle de 1878, dressent leurs cornes sur une paire de colonnes monumentales. Le théâtre Sylvia Montfort a élu domicile au cœur des abattoirs hippophagiques où les chevaux finissaient leur vie entre les mains de l’équarisseur. Sur les pavés du marché, Culture et bêtes de somme ont longtemps cohabité. Au siècle dernier, la peintre animalière Rosa Bonheur, féministe avant l’heure, venait y débusquer, travestie en homme par une dispense préfectorale, des modèles de bovins.


Et puisque l’on parle de culture, comment oublier qu’à deux pas survit l’un des derniers carrés de vigne vendangés dans la capitale ? La témérité vous poussera peut-être à déguster cette piquette dans l’un des bistrots du coin. Avec un peu de veine, vous pourriez même côtoyer à une table voisine quelques écrivains célèbres attirés dans les environs par l’odeur du vieux papier et l’arôme des petits plats.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Instagram Social Icon
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square